topblog Ivoire blogs

jeudi, 23 novembre 2017

Zimbabwe/ L'adieu du Président Robert Mugabé: “Tant que l'homme noir ne serai pas maitre de sa propre terre, il continuera à souffrir dans son propre pays.”

7.jpg

''Littéralement reproduit et transmis comme reçu''

Vous m'apprécierez plus quand je serai parti, mes freres zimbabwéens j'écris cette lettre et j'espère que vous la lirez tous et que vous la partagerez.
Mes jours sur cette terre sont comptés, Mais je sais qu'une fois que je serai parti, vous et vos enfants ne m'oublieront jamais.

Je veux que vous compreniez que la raison pour laquelle je suis resté longtemps au pouvoir, pendant 36 ans, c'est parce que je veux donner du pouvoir à tous mes freres Zimbabwéens noirs. Aucun autre président dans tout le continent africain n'a fait ce que j'ai fait pour vous. Mais vous continuez à me sous-estimez.

Savez-vous que dans toute l'Afrique, les Zimbabwéens sont les seuls Noirs à posséder leur terre? Nous sommes les seuls Noirs à posséder et à exploiter nos moyens de production. Nous possédons nos propres entreprises et notre propre terre. C'est le vrai sens de l'indépendance. Indépendance politique et économique. J'ai combattu bec et ongles toute ma vie politique pour m'assurer que vous avez tous recu une indépendance politique et économique, je ne déteste pas les Blancs, non, pas du tout. Ce que je déteste, c'est qu'ils pensent qu'ils sont meilleurs que nous, qu'ils peuvent simplement venir dans notre pays et prendre nos ressources et notre terre, Et nous dire quoi faire, A cela que je dis non,
Aujourd'hui, je suis heureux que presque toutes les terres sont en possession de mes freres noirs.
C'est à vous de mettre en application l'éducation que je vous ai donnée pour développer ces terres afin qu'ells soient productives, afin que vous puissiez vous nourrir de maniere plus saine. Une chose dont je suis fier est que j'ai travaillé dur pour que nos ressources naturelles et nos terres soient rendues à leur juste valeur.

PROPRIÉTAIRES: Vous le peuple noir du Zimbabwe.

Allez voir dans d'autres pays d'Afrique, Juste ici à travers Limpopo, en Afrique du Sud, Mandela a vendu et a donné toute la terre et l'économie aux blancs, Les Noirs en Afrique du Sud seront esclaves de blancs pour toujours, Tant que l'homme noir ne serai pas maitre de sa propre terre, il continuera à souffrir dans son propre pays.

La vraie richesse est maintenant entre vos mains, je l'ai arrachée aux Blancs qui etaient venus vous la voler, Oui, Le monde était en colère contre moi et avait puni/sancionnE le pays entier (!!!), Mais je m'en fiche parce que je sais J'ai fait ce qui est juste, j'ai donnE du pouvoir à mon peuple, Vous devez prendre soin de ces terres et des industries que je vous ai données.

J'ai fait ma part, La balle est maintenant dans votre camp, Faites votre part maintenant, Vous vous souviendrez de moi et m'apprécierez pour ce que j'ai fait pour vous quand je serai parti ....

Votre président et leader de l'Afrique pour les Africains!

Robert Gabriel Mugabe !!

13:57 Écrit par Lavane Murphy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Côte d'Ivoire/ Crise au sommet de l’Etat : Soro dépouillé de sa garde rapprochée

5.jpg

On pensait qu’après la rencontre en Soro et Ouattara,  la guerre était finie. Que Nenni ! Elle est loin de connaître son épilogue.

De sources proches de l’ex-chef de la rébellion de 2002, on apprend que le Lieutenant-colonel Youssouf Ouattara dit Kobo, commandant de la garde rapprochée de Guillaume Soro et son adjoint, Yéo Adama ont été écartés du cercle «fermé de Soro». Ils ont été mis à la disposition du ministère de la Défense.  Si,  apprend-on,  Kobo a été reversé au Groupement des moyens généraux (GMG) , ce n’est pas le cas de Yéo Adama qui doit encore attendre pour savoir sa prochaine destination.

En attendant, Yéo Adama est à la disposition entière des Ressources humaines du ministère de la Défense. Il faut rappeler que certains proches de Soro connaissent de sérieux problèmes. Il s’agit de son directeur de protocole, Souleymane Kamaraté, alias Soul To Soul, qui est en ce moment écroué à la Maca, depuis le 9 octobre 2017 pour caches d’armes et atteinte à la sureté de l’Etat. Affoussiata Bamba Lamine, Moussa Touré, son chef du service communication et Félicien Sékongo le porte-parole d’une amicale regroupant des anciens responsables de l’ex-FN sont mis sous surveillance  par la Dst. Ils sont, en conséquence interdit du territoire national.

Tout comme il est bon de rappeler que Yéo Adama et Issouf Ouattara avaient été entendus le 30 mai 2017 par la Brigade de recherches de la gendarmerie dans le cadre de l’affaire liée aux armes de guerre découvertes le 14 mai 2017 à Bouaké.

Par Marcel Dezogno 

13:07 Écrit par Lavane Murphy dans Blog | Lien permanent | Commentaires (1) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Côte d'Ivoire/Exclusif : Lida et Abéhi jugés aux Assises le 11 décembre 2017

4.jpg

C’est le lundi 11 décembre 2017 que vont comparaître devant la Cour d’Assises au Plateau, l’ex-ministre de la Défense Lida Kouassi, l’ex-commandant du groupement escadron Blindé (Geb) Jean Noël Abehi, le Colonel Aby Jean  bien d’autres officiers des Ex-Forces de défense et de sécurité (Fds). Ils sont tous poursuivis  pour <<Complot contre l’autorité de l‘Etat>>. Ce renvoi d’accusation leur a été signifié par le juge d’instruction Konaté Boubakari. Mais bien avant l’ouverture du procès le 11 décembre 2017, une session judiciaire sera ouverte le mardi 28 novembre 2017, en présence des accusés, pour le choix des  Jurés titulaires et suppléants qui devront assister le président de la Cour d’Assises dans la conduite des audiences. Pour rappel, toutes ces personnalités actuellement en détention pour des faits divers ont été entendus en instruction le mardi 21 novembre 2017, par un juge d’instruction, Konaté Boubakari, au Tribunal du Plateau. Où devront alors comparaître Lida Kouassi qui a été arrêté à Lomé où il était en exil, le mercredi 6 juin 2012 et extradé en Côte d’Ivoire le même jour. Avant d’être incarcéré à Bouna pendant un an, puis mis en liberté le 5 août 2014. Il a été de nouveau arrêté le vendredi 24 octobre 2014 et transféré successivement à la Maca , puis au Camp pénal de Bouaké, le 4 septembre 2015. Avant d’être transféré à la Mama où il est actuellement détenu. Quant au commandant Abehi Jean Noël, il a été arrêté et  extradé de son exil au Ghana, le 5 février 2013. Détenu d’abord au camp pénal de Bouaké, il a été transféré à la Mama. Après un procès, il a été condamné le 5 août 2016 à cinq (5) ans d’emprisonnement et devrait retrouver la liberté le 6 février 2018. Quant aux autres officiers, ils ont été arrêtés entre 2011 et détenus à la Maca. Ces 6 accusés vont donc passer devant la Cour d’Assises pour leur procès.

Par Marcel Dezogno 

12:57 Écrit par Lavane Murphy | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg