topblog Ivoire blogs

samedi, 26 décembre 2015

DES MILITAIRES DE L’ARMÉE BURKINABÉ DÉBARQUENT EN CÔTE D’IVOIRE : CE QU’ILS SONT VENUS FAIRE

militaires_Burkina.jpg

L’adjudant-chef Nébié et le sergent-chef Kossouvé sont bien connus des fichiers du Régiment de sécurité présidentielle (Rsp), une unité d’élite de l’armée burkinabé restée fidèle à l’ancien président Blaise Compaoré jusqu’à sa chute.

Ces deux sous-officiers sont considérés comme des  » durs  » du putsch manqué du 17 septembre dernier contre le régime de la transition au Burkina Faso, qui a conduit au démantèlement du Rsp du général Gilbert Diendéré. Leurs pseudonymes (Rambo et Touareg) évocateurs de hauts de faits de guerre, illustrent éloquemment cette réputation de  » durs  ». Mais Nébié et Kossouvé ne seraient plus au pays des hommes intègres. Selon l’hebdomadaire Jeune Afrique qui livre l’information, citant des sources sécuritaires, les deux soldats du Rsp « ont fui ces derniers jours en Côte d’Ivoire, en franchissant clandestinement la frontière terrestre ». Le premier, Rambo, apprend JA, est un homme de confiance du général Diendéré. Il faisait partie du contingent qui a exfiltré l’ex-président Compaoré à Yamoussoukro, la capitale politique ivoirienne, le 31 octobre 2014. « Il est ensuite resté à ses côtés durant les premières semaines de son exil ivoirien », informe le journal de Béchir Ben Yahmed. « Le second (le Touareg) est un neveu éloigné de Chantal Compaoré, l’ex-première dame (du Faso). L’un et l’autre sont restés jusqu’au bout avec Diendéré, l’ont accompagné à la nonciature (l’ambassade du Vatican) de Ouagadougou, où il s’est réfugié, puis ont mis le cap sur la Côte d’Ivoire à bord d’un véhicule banalisé. Outre Nébié et Kossouvé, une quinzaine de membres de l’ex-garde présidentielle n’ont pas rejoint leurs corps d’affectation respectifs », poursuit le journal. Une vague de désertions au sein de l’armée suite au coup d’Etat manqué et aux arrestations qui ont suivi. L’une de ces arrestations post-putsch qui fait couler beaucoup d’encre et de salive est celle de Djibrill Bassolé, l’un des fidèles compagnons de Compaoré, par ailleurs son dernier ministre des Affaires étrangères.

Les grandes manœuvres de Bassolé
Toujours selon JA, accusé de complicité avec les auteurs du coup d’État manqué et inculpé, entre autres, d’attentat à la sûreté de l’État, meurtre et collusion avec des forces étrangères en vue de déstabiliser la sécurité intérieure, Djibrill Bassolé manœuvre fort pour se sortir d’affaire. « Il a recruté pour sa défense une armada d’avocats venus de tous les horizons, parmi lesquels le Burkinabè Dieudonné Bonkoungou, qui s’occupe de son cas depuis le début et lui rend régulièrement visite dans sa geôle ouagalaise; Marc Le Bihan, l’ancien bâtonnier de l’Ordre des avocats du Niger, qui fut un temps le conseil de Hama Amadou, le président de l’Assemblée nationale; et Rustico Lawson-Banku,le bâtonnier de l’Ordre des avocats du Togo, qui, dans le passé, a eu pour client Loïk Le Floch-Prigent, l’ancien patron d’Elf. À Paris, c’est Me Alexandre Varaut qui assure sa défense. Il s’est fait un nom en Afrique en défendant, à la fin des années 1990, le mercenaire Bob Denard, et plus récemment Philippe Verdon et Serge Lazarevic, deux otages français détenus au Sahel. D’autres avocats, parmi lesquels un Togolais et un Français, devraient bientôt rejoindre l’équipe », écrit JA.

12:08 Écrit par Lavane Murphy dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Ce que Soro a caché

3fcd8f90952a19354e6b0c4b58be99e3_L.jpg

Depuis son retour de Paris, Soro Guillaume est en phase offensive. Il dénonce les pratiques françaises, leurs volontés d’opprimer etc. Toute chose qui étonne quand on sait qu’il était de ceux qui ne juraient que par le système humain, social, judiciaire français. 

Ce qu’il nous a caché en revanche c’est que lui Soro est interdit de séjour non pas en France mais dans tout l’espace Schengen. L'espace Schengen comprend actuellement 26 États membres dont tous sauf quatre sont membres de l’Union européenne. Ce n’est pas peu. 

Pire même en Côte d’Ivoire, Daloa où Soro aime à se cacher, est un espace- et il l’oublie- où il y a eu des pertes importantes en vie humaine sans que le président de l’assemblée nationale mais le rebelle d’hier n’ait eu à s’excuser. Il a peut-être oublié ces épisodes mais les victimes elles n’oublient jamais même s’il leur arrive de pardonner.

Ce qu’il cache c’est que des zones comme Séguéla, zone de ses adversaires politiques et bien d’autres zones ne lui sont pas favorables. Juste un rappel de l’avocate de Michel Gbagbo : « Dès qu’il bouge on le coince». Soro l’a caché mais il est vraiment dans pain. C’est un propos ivoirien.

Par FADIMA KOMARA


En savoir plus sur http://www.ivoirepost.com/fr/component/k2/item/975-ce-que-soro-a-cache.html#TbXuW2MxvUkbuPO5.99

 

11:55 Écrit par Lavane Murphy dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Coup d’Etat avorté au Burkina Faso: “Cité’’, Soro “sera amené à comparaitre’’ à Ouaga devant la justice militaire

8706874-13749967.jpg

Le président de l’Assemblée nationale ivoirienne, Guillaume Soro, est “cité’’ dans le coup d’Etat manqué du général Gilbert Diendéré en septembre au Burkina, et devra “comparaitre devant le juge’’, a déclaré mercredi à Ouagadougou, le directeur de la justice militaire, le colonel Sita Sangaré.

Dans le cas de M. Guillaume Soro, nous ne le voyons pas comme le président de l’Assemblée nationale de la Côte d’Ivoire, nous le voyons comme un individu dont le nom a été cité dans la procédure pendante devant nos cabinets d’instruction’’, a affirmé M. Sangaré, faisant le point de l’évolution des procédures judiciaires en rapport avec le putsch manqué, lors d’une conférence de presse qu’il a conjointement animée avec le procureur militaire, le Lieutenant-Colonel Norbert Koudougou.

M. Soro est accusé d’être impliqué dans le coup d’Etat manqué de septembre au Burkina depuis la diffusion le 12 novembre sur Internet d’un enregistrement sonore présenté comme une conversation entre lui et Djibril Bassolé, l’ancien ministre des Affaires étrangères de Blaise Compaoré, discutant des moyens d’éviter l’échec du putsch du général Diendéré.

L’ex-Premier ministre ivoirien a qualifié dans les premiers moments, cet enregistrement sonore de « grossier » et de “Fake’’ (faux en anglais) avant d’être contredit quelques jours plutard par le Premier ministre burkinabé Isaac Zida qui l’a plutôt jugée “authentique’’.

Depuis, l’affaire continue de faire polémique. Et la presse ivoirienne en fait presque chaque jour ses sujets favoris.

Face aux journalistes, le Lieutenant-Colonel Koudougou a précisé que la bande a été “transcrite’’ et mise “sous scellée’’, ajoutant toutefois que son “authentification n’a pas encore commencé’’.

“Lorsque les juges vont exploiter les écoutes, il apparait normal qu’ils s’intéressent à Soro et à tous ceux qui sont concernés. Ils seront certainement amener à comparaitre devant le juge pour s’expliquer’’, a conclu M. Sangaré.

Serge Alain Koffi

Source: Alerte info

09:54 Écrit par Lavane Murphy dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg