topblog Ivoire blogs

vendredi, 27 novembre 2015

CÔTE D'IVOIRE: COMPTE RENDU DE LA RÉUNION DE LA CONFÉRENCE DES PRÉSIDENTS DE LA CNC DU 25 NOVEMBRE 2015.

2.jpg

Le vendredi 25 Débutée à 16h 26min, la réunion s'est achevée à 18h45 par une conférence de presse du président en compagnie des vices présidents (ANGENOR ,SOKO ,KROMEL ET DU PROFESSEUR ATSE BOA).

Après avoir présenté, l'ordre du jour suivant (1-restructuration de la CNC et en 2- projet de communiqué à la presse) ; le président a précisé qu'il s'agit d'une réunion ordinaire pour discuter du projet de la nouvelle nomenclature du bureau de la CP (conférence des présidents) et l'adoption d'un projet de communiqué.

Dans son discours introductif, le président a exprimé le souhait de continuer la lutte pour le changement sans compromission, car selon lui l'adversaire commun, c'est celui qui assassine la démocratie dans ce pays, c'est-à-dire le chef d'Etat ALLASSANE DRAMANE OUATTARA. Tout en montrant les difficultés dans lesquelles se trouvent le pays ; il a exhorté que les jeunes et les ainés se donnent la main pour sauver du péril notre nation.
C'est pourquoi, s'est-il engagé d'aller vers les ainés qui sont absents pour leur expliquer la nouvelle démarche de notre outil de combat, qui est la CNC. L'objectif étant de reconquérir le terrain et d'amorcer un nouveau départ.

A sa suite, le porte-parole SOKO WAZA a pris la parole pour indiquer le travail abattu par le comité de restructuration mis en place, c'est ce travail qui selon lui doit être présenté par le président BAH lui-même.
Prenant la parole à nouveau, le président a insisté que cette présente proposition de restructuration n'est pas définitive car les consultations continuent pour avoir un travail accepté et une CNC dynamique.
Le président a informé la CP, de la création de trois nouveaux organes dont le COMITE DES SAGES, LA PRESIENCE D'HONNEUR ET UN ENSEMBLE DE CONSEILLERS. Dans cette nouvelle aventure, la CNC s'est également dotée d'un secrétariat exécutif en lieu et place du BUREAU EXECUTIF RESTREINT (voir la nouvelle configuration).
Après avoir expliqué les autres changements intervenus dans l'organigramme de la CP ; le président a donné la parole à l'assemblée pour se prononcer.
Dans l'ensemble, tous les vices présidents se sont dits satisfaits du travail et acceptés leur novelles attributions, tout en souhaitant dorénavant des consultations préalables.
Quant au président du PANA, il soulevé le fait que sa structure soit absente de la nouvelle gestion, mais se dit prêt à continuer le combat quelque soit sa position dans la nouvelle structuration de la CNC.
Cependant, le président l'a rassuré de sa disponibilité à l'intégrer à la gestion de la CNC et qu'il était parmi les conseillers, que cela n'était qu'une omission.
Après avoir clos, cet incident, le président a proposé à discussion le projet de communiqué qui devrait lu devant les journalistes.
Il est revenu au vice-président KROMEL la lecture dudit communiqué qui devrait être une adresse à la nation. Si l'esprit du projet a été accepté, cependant la lettre ou une partie du contenue a connu une modification. Séance tenante ; l'assemblée a proposé des axes d'intervention du président sur le plan national (actualités socio politique) et international (terrorisme).
Cette feuille élaborée par le président du COJEP a constitué le substrat de l'intervention du président devant la presse nationale qui s'est achevée sur un soutien de la CNC à l'endroit des ETUDIANTS victimes de la violence de certains groupes d'étudiants qui agissent dans l'impunité totale et appelé le gouvernement a assumé son rôle régalien de sécuriser l'ensemble des habitants de la CI.
C'est sur note que la réunion du jour a pris fin.

Fait à ABIDJAN, le 25 novembre 2015

 

 

 

 

13:13 Écrit par Lavane Murphy dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

jeudi, 26 novembre 2015

Ecoutes téléphoniques: Depuis les USA, celui qui a tout révélé répond à Soro

soro bassole ja_3.png

C’est SORO lui-même qui a dit les noms des intervenants dans la conversation

-Douter de l’authenticité de cette audio révèle de la sorcellerie

-Ce n’est pas la dernière, les plus explosives arrivent.

-Il s’agissait plutôt de répondre au message que de menacer les messagers

Devant le silence bruyant que lui opposent ceux qui pouvaient monter au créneau pour le tirer d’affaires dans ce scandale qui rejaillit sur toute le Cote d’Ivoire, Mr SORO GUILLAUME, dans sa tentative de défense qu’il mène depuis quelques jours, a trouvé mieux de chercher et de « localiser exactement » ceux qui ont rendu publique son projet d’exporter la rébellion et d’ôter la vie à des personnalités politiques d’un pays frère. Aussi se réjouit-il de savoir que « c’est parti des USA », là où le peuple ivoirien attendait qu’il reconnaisse très simplement ses propos.

Notre voie a cherché et retrouvé la source des Etats Unis qui a, contrairement à ce que les gens écrivent, été la toutepremière à publier la conversation SORO-BASSOLE sur les réseaux sociaux. Il s’agit bel et bien de notre confrère Mathieu BOUABRE connu sous le nom de Matt De BOUABRE sur Facebook, Journaliste Producteur Télé/ Radio, animateur de la célèbre émission DIASPOLITIK sur Afrique 2050, une radio basée aux USA.L’homme ne s’en cache d’ailleurs pas et dit « ne pas croire que SKG puisse prendre le risque de saisir la justice américaine ». Entretien.

Notre Voie : C’est vous qui avez publié le premier le scandale des écoutes téléphoniques SORO-BASSOLE. Etes- vous sûr qu’il s’agit bien de ces 2 personnalités ?

Mathieu BOUABRE : Moi en tout cas, je n’ai aucun intérêt particulier à citer le nom du Président de l’Assemblée Nationale de mon pays dans une affaire de terrorisme d’état et de déstabilisation d’un pays frère au mien. Je n’ai absolument rien à y gagner. Bien au contraire c’est une grande humiliation pour nous africains, quand nous nous retrouvons ici dans des forums et des réunions de haut niveau pour entendre des gens traiterde criminels et de terroristes, des autorités de premier plan de nos petits pays. C’est tout simplement honteux. Personne n’a cité nommément ceux qui conversaient dans cette audio. C’est bien eux-mêmes qui se sont présentés. A la minute 1 exactement, celui qui semble le plus prolixe a dit : « Moi Guillaume SORO……. »

Aux minutes 11 :17, 11 :43 et 11 :57, SORO a dévoilé le nom de celui à qui il parlait (BASSOLE). Ce n’est donc pas moi qui ai cherché et collé des visages aux voix.

Le fait même de révéler eux-mêmes leurs propres noms, pouvait ne pas suffire pour se rendre compte que c’est bien le SORO et le BASSOLE que Burkinabés et Ivoiriens connaissent. On pouvait mêmes’amuser à penser à un Guillaume SORO et à un BASSOLE du Bangladesh, de la Mongolie, de la Papouasie, du Kossovo ou de l’Ukraine ; Donc, penser à des homonymes qui n’ont rien à voir avec ceux que nous connaissons. Mais, ils ont eux-mêmes signé cette conversation en donnant des détails et des précisions dans la suite même de la causerie pour qu’on sache qu’il s’agit bien de SKG et de BASSOLE qui « ont participé à l’accord politique de Ouaga (cette précision est de SKG) ». Apres avoir donné ces détails, on ne pouvait plus douter qu’il s’agit bel et bien ici du PAN de CI et de l’ancien Ministre des Affaires étrangères de Blaise Compaoré qui ont effectivement pris part à l’APO.

NV : N’empêche que SORO continue de mettre en doute l’authenticité de ces écoutes

MB : Oui mais moi, ce n’est plus mon problème. Douter de ce qui est exposé dans cette conversation relève de la sorcellerie. Ce n’est plus du niveau du citoyen ordinaire. Et comme je ne suis pas un initié, il m’est difficile d’expliquer cette sorcellerie. Ecoutez le « bruit silencieux » autour de lui et au sein des siens pour comprendre comment c’est très complexe de vouloir chercher à prendre le risque de se débrouiller pour nier cette évidence. Le calme est plat mais il est révélateur.

NV : Qu’est-ce qui vous a motivé à publier cette conversation ?

Vous vous souvenez de cette photo d’un journaliste qui a assisté un aigle dévorer un enfant pour juste en faire des photos. Cette histoire a fait le tour de toutes les écoles de journalisme et a fait l’objet de débats dans de nombreux séminaires de medias dans le monde. Le rôle du journaliste n’est pas juste de rapporter des faits. Il doit avoir aussi àl’esprit qu’en le faisant il peut réparer un tort, décourager un acte nauséabond ou tout simplement sauver des vies humaines. C’est ce qui m’a motivé. J’avais donc dans ma main, un projet de 2 personnes qui se définissent elles-mêmes comme des criminels du point de vue, non seulement des crimes déjà commis que l’une d’entre elles rappelle, mais aussi et surtout, par rapport à un plan commun concocté pour ôter d’autres vies. Je me suis dit qu’il fallait vite informer ces personnalités programmées à mourir. Surtout que, l’un, dans la conversation demandait la permission à l’autre pour les tuer. Il a même insisté : « Ca seulement, je ne vais pas laisser ». C’est ce qui m’a donné froid au dos. A ce niveau de la publication et en ce qui me concerne, ça n’a rien de politique comme certains plaisantins s’accrochent à démontrer.

NV : SORO dit avoir « retracé et localisé exactement » la source et que « ça vient des usa ». Vous n’avez pas peur ?

MB : C’est du Vuvuzela communicationnel pour amuser des dindons qui applaudissent n’importe quoi et n’importe comment. Ya-t-il un mérite à me localiser si c’est de moi qu’il parle ? Puisque moi-même j’ai fait un poste pour préciser que je suis celui qui a publié le premier cette conversation en fichier MP4 (vidéo) qui a été convertie après en MP3 (Sound cloud-Audio) pour être amplifiée par de nombreux internautes. Il suffit d’aller revoir la date et les heures de publication sur les murs de tous ceux qui l’ont postée pour s’en rendre compte. Quelle est donc la recherche technique particulière faite par les services de Mr le PAN pour employer ces grands mots ? Ici aux Etats Unis, personne ne se cache.

Si, j’ai peur. J’ai peur surtout à cause du passé criminel de ceux qui parlent dans cette audio. Passé exposé par eux-mêmes dans leur conversation. Ils indiquent clairement que, eux ils ont toujours tué ceux qui peuvent les gêner dans tout ce qu’ils entreprennent. Le fait de parler de « retracer et localiser exactement » la source de l’audio est bien entendu une menace qui n’est même plus voilée. Sinon, le vrai débat, c’était de reconnaitre ou pas les propos qui l’incriminent et non chercher à tuer ceux qui l’ont publiée. Dans tous les cas, nous avons déjà saisi la police fédérale qui a pris cela très au sérieux surtout quand nous leur avons montré le mal que ces personnes qui nous menacent ont déjà causé. Une copie traduite en Anglais de la conversation a été remise à 2 détectives qui attendent d’en faire un cas spécial. Nous sommes donc sereins car nous sommes bien ici aux Etats Unis. Nous attendons donc patiemment et sereinement.

NV : SORO émet aussi l’idée d’une plainte

MB : Nous attendons patiemment cette plainte mais j’ai peur que cela ne relève d’un simple vacarme communicationnel pour amuser la galerie. Sincèrementc’est amusant quand j’entends cela. Car c’est la seule option qui peut décanter cette situation dans les meilleurs délais si c’est cela qu’il veut vraiment. Il le sait bien et n’avait pas besoin de perdre le temps. Sinon pour ma part, nous attendons que les lieutenants de SORO nous citent nommément et nous disent clairement que nous avons fabriqué ces voix et cette conversation. Ca deviendra alors trèsintéressant.Mais en attendant il faut quand même reconnaitre la prudence du PAN de CI qui ne veut pas dire des choses qui vont davantage l’humilier demain. Surtout que ce n’est pas la seule conversation qui existe. Les plus explosives arrivent. Il le sait très bien. D’ailleurs, la rumeur de l’existence des conversations d’un homme d’Etat de l’Afrique de l’Afrique de l’ouest avec DIENDERE, BASSOLE et un « barbu » Djihadiste nous est parvenue depuis fin Septembre. Et le 7 Octobre, j’ai fait un poste sur ma page Facebook pour signaler cela. Voici ce que je signalais déjà à cette date

« BURKINA FASO, LES "A CÔTÉ" DU PUTSCH ?

Une rumeur incroyable fait fureur en ce moment dans le milieu Burkinabé des Etats Unis. Juste après la rencontre que cette Diaspora a eue avec le Président KAFUNDO récemment à New York lors de la 70ième AG de l'ONU. La voici, cette rumeur:

LES CONVERSATIONS ENTRE DIENDERÉ, UN CHEF DJIHADDISTE AU MALI ET UN HOMME D'ÉTAT D'AFRIQUE DE L'OUEST (ce dernier à partir de son téléphone satellitaire) AURAIENT ÉTE INTERCEPTÉES PAR LES FORCES FRANÇAISES. IL RESSORT QUE, UN RENFORT CONSIDÉRABLE AVAIT ÉTÉ PROMIS AU PUTSCHISTE POUR S'IMPOSER AU PEUPLE.

Je ne sais pas trop pourquoi mais, ceux qui m'ont donné cette info (pas officialisée pour le moment) et qui sont dans le secret des Dieux, m'ont même interdit de la qualifier de "rumeur »

C’est donc plus d’un mois après cette rumeur que j’aireçu cette audio. Et tenez-vous bien, sur les 3 importantes personnes incriminées dans ces conversations dont plusieurs Medias avaient aussi annoncé l’existence, BASSOLE a été arrêté depuis le 29 Septembre, le « barbu », chef de la rébellion Touareg, vient à son tour d’être écroué au Burkina Faso pour son implication dans ce putsch. Ne me demandez pas le nom de celui qui court toujours.

D’ailleurs aux dernières nouvelles, les autorités ivoiriennes seraient en train de mener une coriace bataille diplomatique derrière les rideaux pour sauver la face. A quoi cela va-t-il aboutir quand on sait que dans tous les cas, la publication des audios n’est pas encore terminée.

Entretien réalisé au Téléphone par

Augustin KOUYO

 

16:48 Écrit par Lavane Murphy dans Blog | Lien permanent | Commentaires (6) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

France : Pris en sandwich entre un FN fort et une gauche remobilisée, Sarkozy en plein spleen

sarko08.jpg

Selon le Canard Enchainé, Nicolas Sarkozy, aurait pris un sérieux coup dans l'aile. En cause, le rebond de Hollande dans les sondages et sa gestion de la séquence post-attentat.

Spleen quand tu nous tiens. Nicolas Sarkozy, l'ancien président de la République qui veut redevenir calife à la place du calife aurait du vague à l'âme. En cause, selon une indiscrétion du Canard enchaîné, la gestion de François Hollande de la séquence post-attentat ainsi que la perspective des prochaines régionales.

Devant des fidèles du premier cercle, Sarko se serait lamenté sur son sort le week-end dernier : "C'est un moment très difficile pour l'opposition. Nous ne sommes pas audibles. Ça s'annonce d'autant plus difficile que Hollande a repris 80% de nos propositions sur la sécurité", rapporte le palmipède.
 
Comme l'écrivait déjà Marianne, François Hollande devant le Parlement réuni à Versailles le 16 novembre, avait coincé Nicolas Sarkozy en annonçant des mesures inspirées des propositions de la droite (rapport Balladur, rapprochement avec Poutine etc...) l'obligeant soit à se ranger à ses côtés, soit à faire dans la surenchère droitière. Le constat selon Sarko est amer : "On va se prendre un très mauvais résultat aux régionales.

Nous sommes pris en sandwich entre un FN dopé par les attentats et une gauche remobilisée par l'union nationale et l'attitude guerrière de son chef". Une analyse que vient contredire un sondage TNS-Sofres-Onepoint publié par Le Figaro et qui relativise sérieusement l'impact des attentats sur les prochaines échéances électorales.
 
Mais ce que ne digère vraiment pas le patron du parti de l'ex-UMP, c'est le rebond de Hollande dans les sondages de 10 points, cette fois-ci, bien réel : "Je n'en reviens pas ! Hollande, il y a un mois, il était mort, et le voilà ressuscité".
 
Et ça, pour Sarkozy, c'est plus fort que tout...

Magazine Marianne

12:30 Écrit par Lavane Murphy dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg