topblog Ivoire blogs

lundi, 24 août 2015

Affaire « RHDP, un géant face à des nains » : Le régime Ouattara prépare une vaste fraude électorale

RHDP-Ouattara-550x330.jpg

Communiquer pour faire croire. Pour donner le change, l’impression qu’effectivement, il y a du solide. Et profiter de ce sentiment que l’on a donné pour agir dans ce sens. C’est là, le seul but de la communication de notre confrère Le Patriote, proche d’Alassane Dramane Ouattara

 Ce Samedi 22 août 2015, il a affiché à sa Une : « Face au bloc des Houphouétistes, l’opposition en rang dispersé /RHDP, un géant face à des nains ». Le confrère fait ici allusion au dépôt de candidature de Charles Konan Banny, d’Essy Amara et autres. Mais généralement, le camp Ouattara et ses communicateurs ont considéré leur RHDP comme une « machine » ou un « monstre » à remporter les élections. Mais en réalité, tout cela, c’est de la manipulation. Le RHDP n’est qu’une machine ou un monstre en carton. Il n’est « machine » que de nom. 

Car depuis que Ouattara a pris le pouvoir, et qu’en quelque temps, il a montré ses limites, les déceptions ne se comptent pas dans son propre camp. Seul un groupe d’individus autour de lui se beurrent dans le rattrapage ethnique. Le gros lot se trouve dans l’abattement, tellement frustré par la réalité de Ouattara. Un démagogue comme le Cambodgien Pol Pot, qui avait promis monts et merveilles à la Côte d’Ivoire. 

Certes Henri Konan Bédié a trouvé son compte auprès de Ouattara. Ce, à cause de sa traitrise, parce qu’il a peur de la violence du père de la rébellion des Forces Nouvelles. Mais ce n’est pas le cas pour bien d’inconditionnels du président du Rassemblement des républicains (RDR). Les femmes Dioula et autres commerçants des marchés, qui avaient cru que son avènement leur serait salutaire, beaucoup d’entrepreneurs qui chantaient son nom hier, le 11 avril 2011, déchantent aujourd’hui. Car ici et là, avec son Bulldozer, il a rasé leur petit commerce, sans contrepartie. Et les prix ne font que grimper. 

Non seulement ces populations se rendent à l’évidence que « Gbagbo kafissa » c’est-à-dire « Gbagbo vaut mieux », mais elles jurent maintenant, surtout dans la commune d’Abobo (Abidjan) que : « Ce bâtradéing verra bien qui va voter pour lui encore ! » Les militants du PDCI savent que Bédié les a floués pour sa seul famille et quelques fidèles. Ils ne sont donc plus prêts à accorder leurs suffrages à Ouattara. Cet homme dont ils ont plus d’une fois décrié la politique du rattrapage. 

Kouadio Konan Bertin (KKB), Charles Konan Banny, Kablan Brou Jérôme et Essy Amara ne sont donc pas seuls à tourner le dos au RHDP. C’est pourquoi malgré le superlatif de « géant », le RHDP n’a pas pu mobiliser le jour de l’investiture de son candidat. Si le jour de l’investiture de Ouattara comme candidat du RHDP, les militants ont boudé l’événement et ne se sont pas déplacés pour prouver leur fidélité, ce n’est pas pour le voter qu’ils se mobiliseront. 

13:15 Écrit par Lavane Murphy dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Côte d’Ivoire: Samba David «Les Ivoiriens doivent se lever pour exiger des élections transparentes»

11938015_374245079450664_12923938_n.jpg

Environnement préélectoral malsain – Samba David (Coalition des Indignés) :

Au cours d’une conférence de presse ce samedi 22 août 2015 à Yopougon, le coordonnateur de la Coalition des Indignés de Côte d’Ivoire (Cici) a donné de la voix face à ce qu’il qualifie de ‘’gros nuages qui se dessinent dans le ciel’’, parlant de l’élection présidentielle à venir. Samba David estime qu’à deux mois du scrutin prévu en octobre prochain, aucune des exigences de la CNC, plateforme à laquelle appartient la CICI n’a été mise sur la table des discussions. Ces revendications contenues dans la charte du 15 mai concernent notamment – la refonte de la CEI – l’établissement d’un listing électoral consensuel – un code électoral consensuel – le financement des partis ou candidats à l’élection présidentielle – l’égal accès aux médias d’Etat.

‘’A deux mois de l’élection présidentielle, la situation est toujours incertaine. Non seulement M. Ouattara refuse de dialoguer avec l’opposition, refuse la liberté d’expression mais s’obstine à aller à cette élection bien qu’aucune des conditions susmentionnées n’ait été satisfaite’’, fait observer le conférencier. Avec cet état de faits, Samba David relève aussi que les partisans du chef de l’Etat sortant font montre d’une ‘’violence gratuite et impunie’’. Il en veut pour preuve, l’attaque du meeting de l’opposition à Korhogo le 15 août dernier en dépit des autorisations obtenues. Pour lui, cet environnement illustre bien que les conditions d’une élection juste et transparente ne sont pas réunies.

Aussi lance-t-il un appel à la société civile et au peuple ivoirien pour prévenir tout risque de violence. ‘’Nous devons amener M. Ouattara à prendre conscience des risques qu’il fait courir à notre pays par son refus d’engager toute discussion avec l’opposition politique. La Coalition des Indignés appelle donc le peuple de Côte d’Ivoire à se lever pour exiger que les élections à venir soient justes, transparentes et apaisées’’, a lancé Samba David.

Se faisant plus explicite sur son sujet, il s’est dit opposé à l’organisation même d’une élection à la différence de ceux qui prônent le boycott pour les mêmes causes. ‘’Nous ne demandons pas de boycotter mais nous demandons qu’il n’y ait pas d’élection dans ces conditions’’, précise-t-il.

Analysant le dépôt de candidature de leaders de la CNC alors que leurs revendications ne sont pas satisfaites, Samba David a estimé que ce dépôt de candidature ne veut pas dire que les leaders renoncent à leur plateforme de revendications. Au contraire il s’agit par cette option, d’être dans le jeu politique pour ensuite exiger des conditions justes et transparentes. La CNC devrait se faire entendre selon lui, dans les jours à venir.

SD à Abidjan

12:48 Écrit par Lavane Murphy dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Côte d’Ivoire fraude électorale – La CEI mise sous surveillance par les Américains (NDI) et 14 ONG

kenneth-wollack-ndi.jpg

Kenneth Wollack (Président NDI) « La Côte d’Ivoire peut surmonter le défi de 2010″

En visite de travail en Côte d’Ivoire du 20 au 22 août 2015, le président du National democratic institue (Ndi)qu’accompagnait Christopher Fomunyoh, directeur Afrique du Ndi a échangé avec les acteurs du processus électoral.

«Si tout le monde joue son rôle de façon transparente et qu’il y a le dialogue, le crois que ce pays peut surmonter le défi de 2010», a déclaré Kenneth Wollack, président du Ndi, le 22 août, à Abidjan-Plateau, au cours d’une conférence de presse.

Également, il a indiqué qu’il ne peut pas faire de prédiction quant à l’issue des élections. Cependant, a-t-il affirmé: « je reste optimiste ». « Je ne peux pas prédire de l’issue du processus. Il faut attendre la fin pour savoir si le processus s’est bien passé ». Poursuivant, il a affirmé que ces rencontres avec les acteurs du processus lui ont permis de s’apercevoir de leur engagement et de leur volonté.

« Maintenant, il est question de traduire tout cela en acte concret. Et c’est de cette manière qu’on pourra honorer la mémoire de milliers de femmes, d’hommes et d’enfants ivoiriens tombés lors de la crise passée », a-t-il fait remarquer.

Pour, M. Wollack, si tous les acteurs jouent leur rôle, la Côte d’Ivoire aura une élection qui reflète l’espoir et l’aspiration du peuple.

A l’en croire, les élections de 2015 sont particulièrement importantes après celle de 2010 marquée une crise postélectorale qui a fait officiellement 3000 morts. Aux acteurs ivoiriens, il a demandé de se rappeler des élections de 2012 au Kenya après la tragédie de celles de 2007. Concernant le Nigeria, il a souligné que la perspective d’une tragédie après les récentes élections a été déjouée avec l’engagement de tous les acteurs. « En Côte d’Ivoire, le même effort est nécessaire de la part des acteurs du processus », a-t-il conseillé.

A travers l’application du Pvt (dépouillement parallèle du vote) à la présidentielle de 2015, M. Wollack a indiqué que la Plateforme d’observation des élections en Côte d’Ivoire (Poeci) qui regroupe 14 organisations de la société civile ivoirienne va gérer de façon scientifique les élections. Ce qui permettra de promouvoir l’intégrité des élections et détecter la manipulation des résultats électoraux.

«Comme recommandation, je pense qu’il faut surmonter ce qui s’est passé en 2010. Il y a un code de bonne conduite qui est en train d’être élaboré. Le plus important n’est pas de le signer mais il s’atteler à le respecter», a conclu le président du Ndi.

CHEICKNA D. Salif
Fraternité Matin

12:39 Écrit par Lavane Murphy dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg