topblog Ivoire blogs

lundi, 04 janvier 2016

Vœux de nouvel an : les baratins de Dramane Ouattara à la Côte d’Ivoire

alassane-ouattara.jpg

Comme il est de coutume, la fin de l’année 2015 a été l’occasion pour le chef de l’Etat ivoirien d’adresser ses vœux de nouvel an à ses compatriotes. L’objectif étant d'inviter les Ivoiriens à ne pas désespérer pour les 365 jours avenirs. Pour un espoir, Alassane Ouattara a vraiment eu les mots justes le jeudi 31 décembre 2015. Des mots qui rassurent, mais qui au vu des réalités du passé, ressemblent bien à de la propagande à laquelle sont bien habitués les Ivoiriens qui acceptent d’avoir un regard neutre.


La nouvelle qui semble le plus réjouir la majorité des Ivoiriens. C’est la libération jusqu’à 3 100 prisonniers politiques pour répondre, a-t-il expliqué, aux préoccupations soulevées par les rois et chefs traditionnels ainsi que par la Conariv qu’il a rencontré au début du mois de décembre 2015. « Je me félicite donc des décisions récentes de la justice, qui ont permis la mise en liberté provisoire de nombreuses personnes détenues, suite à des infractions commises lors de la crise postélectorale et à l’occasion des tentatives d’atteinte à la sureté de l’État. Il s’agit au total de 3 100 personnes. Par ailleurs, j’ai décidé, conformément à l’article 49 de la Constitution, d’user de mon droit de «grâce» en procédant à des remises totales et partielles de peines. Cette décision permettra à des milliers de détenus de recouvrer immédiatement la liberté, et à d’autres de voir leur peine réduite » a-t-il dit à la joie de tous.

Mais à observer, cette promesse ressemble a du déjà servi. Au sortir du Conseil des ministres du 20 septembre 2013 en effet, le ministre Koné Bruno précisait que le gouvernement décidait de libérer 3 000 prisonniers sur le territoire national en vue de décongestionner les quelque 33 prisons du pays dont les capacités d’accueil étaient de plus en plus dépassées avec à cette période 110.000 pensionnaires. « Le Conseil a décidé d’accorder une grâce collective à environ trois mille (3000) détenus, auteurs de certaines infractions de droit commun (...) un décret du Chef de l’État viendra préciser les modalités d’application de cette grâce après une analyse au cas par cas des dossiers des potentiels bénéficiaires » précisait le communiqué final du Conseil des ministres.

Le Conseil des ministres du 4 février 2014, annonçait une autre libération des prisonniers. Il en sera encore de même pour le Conseil des ministres du 6 aût 2014 dont le communiqué officiel fait la précision suivante : « Le Conseil a adopté un décret accordant une grâce collective. Le droit de grâce permet au président de la République d’accorder la remise totale ou partielle d’une peine. Il est une prérogative prévue par l’article 49 de notre constitution. Aussi, à l’occasion de la fête de l’indépendance, le président de la République, Chef de l’État, a-t-il décidé de gracier à travers ce décret, un peu plus de 3 000 prisonniers, représentant environ 30 % de la population carcérale ivoirienne ».

Certainement, que l’emprisonnement de nombreux autres hommes politiques au fur et à mesure que ces déclarations sont mises en application justifierait que cette autre annonce du président ressemble bien à du baratin.

L’autre nouvelle qui laisse perplexe, c’est la suivante : « En effet, 2015 a été une nouvelle année de forte croissance économique pour la Côte d’Ivoire, ce qui nous a permis d'accroître les revenus des populations ». « Nos institutions fonctionnent normalement. Notre économie est plus dynamique. Nos infrastructures sont restaurées. Nos réformes sociales et économiques profitent chaque jour à un nombre de plus en plus élevé d’Ivoiriens. La pauvreté est donc en net recul » a dit Alassane Ouattara. Des informations que seuls des techniciens de l’économie pourraient faire comprendre, extraordinairement d'ailleurs, à l’Ivoirien lambda.

Encore une nouvelle qui pourrait réjouir également les Ivoiriens, c’est celle relative à la question de leur sécurité qui selon le gouvernement est aujourd’hui comparable à celle des New-yorkais. « Nous allons finaliser la restructuration de notre Armée et renforcer les moyens de la gendarmerie et de la police. Dans ce contexte, le gouvernement vient d’adopter un projet de loi de programmation militaire et un projet de loi portant programmation des forces de sécurité intérieure. L’objectif de ces deux lois est de mieux assurer la défense de la Nation et de mieux répondre aux besoins de sécurité de nos compatriotes, en rationalisant l’ensemble des ressources affectées à la sécurité nationale » a-t-il dit. Oubliant de préciser pour cette annonce réchauffée que pour la période qui court jusqu’à la fin de son mandat, ce sont 2254 milliards de nos francs qui devront sortir des caisses du trésor public.

Aux producteurs de cacao à qui il tenait ainsi à rendre un hommage, le président a dit avoir pu offrir le prix garanti record de 1000 F le kg en 2015. Ignorant certainement que le prix record du cacao en Côte d’Ivoire, non encore atteint est celui de la campagne 2010 – 2011, fixé en octobre 2010 sous le régime de Laurent Gbagbo, à 1 100 F.

Toute fois, le président ivoirien n’ignore pas les préoccupations réelles des Ivoiriens. « Je sais, malgré toutes ces avancées, que beaucoup de chantiers restent à exécuter. En premier lieu, la cohésion sociale et la réconciliation sans lesquelles tous nos efforts seront vains. La réconciliation est une question de volonté et de cœur. C’est aussi un combat de chaque instant. Nous devons le gagner ensemble. Pour cela, nous devons tenir autour de nous un discours de paix, de pardon et d’union » a-t-il dit à l’entame de son message.

Des mots que devrons plutôt retenir les Ivoiriens et faire fi des baratins de nouvel an

Blaise BONSIE, EventNews.TV

12:22 Écrit par Lavane Murphy dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.