topblog Ivoire blogs

samedi, 19 décembre 2015

Côte d'Ivoire: Soro parle, et provoque la colère des Koulango et Abron

soro rti5.png

"Aux Chefs traditionnels et religieux ; je salue particulièrement ici mes invités personnels venus du Zanzan à savoir, Dagbolo Togonimigno Yao Kouman Dit Adama OUATTARA, Chef suprême des Koulangos et Nanan ADOU BIBI 2, Chef de la Province Pinango ". Voilà comment Soro Guillaume introduit son discours devant le Parlement Ivoirien et des diplomates étrangers ce vendredi 18 décembre 2015.

Je dois dire deux mots à M. Soro Guillaume.

D'abord, enlèves le nom des KOULANGO et ABRON dans ta salle et honteuse aventure. Oublies-tu déjà d'avoir contraint le Roi des Koulango, Sa Majesté Dagbolo SAYE 1er à l'exile au Ghana, et faire occuper jusqu’à ce jour, sa résidence à Bondoukou par une cohorte de FRCI sans foi ni loi ?

Pour la gouverne de Soro Guillaume, le Roi Saye est toujours en exile au Ghana.

N'eut été la grandeur d’âme de son homologue Roi du territoire Ghanéen, qui l'a accueilli en dignité et dans l'honorabilité due à son rang de Roi d'un peuple considéré, le Roi des Koulango serait aujourd'hui compté parmi les réfugiés du camp de ces ivoiriens essentiellement du Zanzan,contraint à l'exile,non loin de Sampa.

Mais bien que dignement accueilli par la Royauté Ghanéenne, très liée à la famille du Président JOHN KUFUR, lui-même issu d'une dynastie princière à Kumassi (GHANA) le Roi des Koulango demeure humble et solidaire des réfugiés ivoiriens du camp.

Soro croit rendre un hommage à "ses invités personnels". Mais sans le savoir, il vient de les affaiblir en les rendant désormais odieux aux yeux des KOULANGO et ABRON, deux peuples qui n'entretiennent aucun commerce avec des tueurs et assoiffés de coup d'Etat.

Si à 7 reprises, Bondoukou ont repoussé la rébellion en 2002, ce serait une insulte de faire croire ces braves populations sont de connivence avec Soro Guillaume en 2015.

Deuxièmement, les KOULANGO et ABRON restent et demeurent foncièrement sollidaires de Laurent Gbagbo. Et c'est la raison d'ailleurs que Le Roi des Koulango Dagbolo Saye 1er, se trouve en exile à cause de sa fidélité de son amité légendaire à Laurent Gbagbo.

Pour ce qui est des Abron, c'est presqu'un sacrilège de prétendre avoir l'amitié de ce peuple, quand celui qui nourrit cette prétention dit avoir tué Ibrahim Coulibaly (IB), un Koyaka, peuple allié des Koulango et Abron, puis Désiré Tagro, Bété, un autre peuple allié des Koulango et Abron par l'amité de Laurent Gbagbo à Dagbolo Saye 1er et à Sekré Richard.

Au cas où Soro Guillaume ignore ces liens sociologiques cimentés par la lutte pour la souveraineté de la Côte d'Ivoire, qu'il se renseigne et laisse les Koulango et Abron là où il sont, orphelins dans une Côte d'Ivoire prétendument émergente.

Que certains chefs traditionnels se fassent complices de quelqu'un qui planifie et jure de commettre froidement des assassinats au Burkina Faso, c'est leur problème. C'est une aventure solitaire et isolée qui n'engage ni les Koulango, ni les Abrons, ni aucun autre peuple du zanzan.

Que Soro et ses acolytes se le tiennent pour dit: Les Koulango et les Abrons ne se reconnaissent ni aujourd'hui, ni demain, dans la démarche de leurs amis personnels.

Les peuples Koulango et Abron ne sauraient constituer un décor ni un marchepieds sous les pieds ensanglantés d'un assassin ivoirien qui se sent si fier d'avoir hoté la vie à d'autres ivoiriens, au point de vouloir exporter son appétit sanguinaire au Burkina Faso.

Un contribution de Hessan Bobing

 

11:59 Écrit par Lavane Murphy dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.