topblog Ivoire blogs

mercredi, 29 avril 2015

Présidence du Front populaire ivoirien(FPI) : Affi et Ouattara unis contre Gbagbo

affi-nguessan-et-alassane-ouattara.jpg

Ce n’est plus un secret. Pascal Affi N’Guessan et Alassane Dramane Ouattara sont plus que jamais unis pour en découdre définitivement avec Laurent Gbagbo. Le signe patent de cette alliance entre ces deux oiseaux de même plumage, la décision de la justice ivoirienne qui invalide la candidature de Laurent Gbagbo à la présidence du Front populaire ivoirien (FPI).

En effet, c’est le lundi 29 décembre 2014 que « le juge, lors d’une audience au tribunal d’Abidjan, a ordonné le retrait de la candidature de Monsieur Gbagbo, qui a été présentée sous forme de proposition de candidature émanent de tiers personne ; et non sous forme de demande manuscrite et émanent de lui. » 
Cette décision intervient comme un coup de pouce du régime Ouattara à l’actuel président du FPI, dans le but d’empêcher Laurent Gbagbo de briguer la présidence du FPI. Mais aussi, de lui ôter l’instrument politique qu’il a fondé. 
« Le deal, c’est d’aider Affi à récupérer le FPI. Et en retour, il nous aide à tuer politiquement Gbagbo. Si Laurent Gbagbo ne contrôle plus son parti, il lui sera quasiment impossible de se faire entendre avant et pendant son procès annoncé pour juillet 2015. Le condamner ne sera alors plus qu’un jeu d’enfant », soutient une source digne de foi. Et notre informateur d’ajouter : « nous avons mis suffisamment de moyens matériels et financiers à la disposition d’Affi pour reprendre véritablement les choses en main au FPI et nous débarrasser de Gbagbo. Tout a été mis en œuvre pour qu’on entende plus parler de cet homme. Affi pour l’instant joue bien sa partition et le patron (Alassane Dramane Ouattara) en est satisfait. Même que, nous sommes prêts à aller encore plus loin s’il y a lieu de le faire. » 
Sur ce dernier point, on comprend pourquoi Affi, coincé par les textes du parti (FPI), n’a pas hésité à faire appel à Ouattara pour empêcher la candidature de Laurent Gbagbo à la présidence du FPI. Tout s’explique aussi sur le comportement affiché par Affi à l’égard du fondateur du FPI. 
En effet, depuis sa sortie de prison en été 2013, le président du FPI n’a jamais joint par téléphone Laurent Gbagbo, détenu à la prison de La Haye, pour s’enquérir de ses nouvelles, ni directement, ni par personnes interposées. De même, il n’a jamais manifesté une quelconque intention de visite dans cette prison pour voir celui qui fut son mentor. De plus, en vue d’avoir les mains libres pour accomplir sa mission, Affi a, de façon unilatérale procédé à une restructuration du parti. Un réaménagement tout azimut de la direction et du secrétariat général du parti qui visait essentiellement à installer de façon stratégique des fidèles acquis à sa cause. Mieux, il a mis sur pied « un cabinet occulte composé de ringards, de has been, de loosers et de revanchards, tous engagés dans cette obscène mission par cupidité ». 
Du coup, ceux qui ne sont pas dans « la vision Affi » sont soit écartés, soit neutralisés, toujours avec le soutien des hommes de Ouattara, son nouvel allié. On se souvient de l’arrestation de Moïse Lida Kouassi, il y a quelques mois, 15 minutes après la visite que lui a rendue Marcel Gossio, présenté comme le directeur de campagne de Pascal Affi N’Guessan, à la présidence du FPI lors du prochain congrès. L’ex-ministre d’Etat, ministre de la défense et de la protection civile (2000-2002), non seulement a toujours affiché un soutien inconditionnel au président Laurent Gbagbo et aux institutions nationales, mais a eu le malheur de dénoncer les noirs desseins d’Affi. 
« Tous ceux qui refusent de collaborer et qui vont s’opposer à Affi lors du prochain congrès du FPI, subiront le même sort. Ils seront arrêtés et jetés en prison», révèle une source proche du ministère de l’intérieur ivoirien. 
Pascal Affi N’Guessan, pour ceux qui l’ignorent n’est pas à son premier coup pour usurper l’’instrument politique fondé par Laurent Gbagbo. Déjà vers la fin des années 1980, il avait manifesté cette intention, pendant que Laurent Gbagbo était en exil, alors que le parti était encore dans la clandestinité. Malheureusement pour lui, le leader charismatique de l’opposition ivoirienne est rentré de son exil en 1988. Ce qui a mis un terme au rêve d’Affi. La deuxième tentative pour subtiliser le FPI se situe juste aux moments des fameux Accords de Linas Marcoussis, en 2003, quelques mois après l’échec du coup d’État de Alassane Dramane Ouattara et de ses hommes qui a gravement endeuillé la Côte d’Ivoire. « En son temps, le nom d’Affi figurait sur la liste des Premiers ministres de consensus qui ont été proposés. Il avait reçu la garantie de conserver son poste de Premier ministre, s’il signait ces accords. Ensuite, s’il mettait tout en œuvre pour écarter Laurent Gbagbo de la scène de la politique nationale, il n’avait plus qu’à se positionner comme le leader incontesté du parti. Il lui a été promis un soutien diplomatique fort pour réussir cette mission », soutien une source diplomatique. 
Là encore, tous ses plans sont noyés. C’est plutôt lui-même qui sort par la petite porte. Aujourd’hui, Pascal Affi N’guessan se dit certainement : « plus que jamais c’est le moment ». 
Laurent Gbagbo est en prison à la CPI. Simone Gbagbo est en prison. Les cadres du parti (FPI) qui auraient pu lui tenir tête, sont en prison, en exil, dans l’ensemble fragilisés par la crise-postélectorale de 2011 et à la merci du dictateur Alassane Dramane Ouattara. Les militants sont traumatisés et vivent dans la terreur, sous la menace permanente des miliciens du régime d’Abidjan, depuis 3 ans. Laurent Gbagbo n’a plus de voix depuis que Notre Voie, le journal qu’il a créé est devenu la propriété privée de Pascal Affi N’Guessan. Le congrès se tiendra bientôt. Et le président du FPI sera probablement l’unique candidat à sa propre succession. Il ne lui suffira plus qu’à s’emparer du parti, pour assouvir une ambition personnelle et contenter Ouattara, l’homme qui avec le soutien de ses alliés, a envoyé Laurent Gbagbo à la Cpi. Mais comme disent les Anglais wait and see. 


Benson Sérikpa 

12:56 Écrit par Lavane Murphy dans Blog | Lien permanent | Commentaires (0) |  Imprimer | |  Facebook | | | | Pin it! | | |  del.icio.us | Digg! Digg

Les commentaires sont fermés.